KATONASAÏ!
Noël Dataha
Connaissez-vous Nelson Katonasaï ? Non, ce n’est pas une alternative à Banzaï ! mais un peintre et graphiste uruguayen underground. Si son nom ne vous dit pas grand-chose, il est culte dans certains milieux fermés. Il se fait connaître en 2008 par une série de tableaux abandonnés à Montevideo et de mails-arts anonymes envoyés notamment à radio Epsilon, La X et le zine D.OPA. Au dos de ses tableaux un avertissement engage moralement toute personne le découvrant de NE PAS publier de photos de ce dernier, sous peine de voir sa valeur, « marchande comme réelle », chuter. À partir de 2010, il rajoute que s’il s’agit d’un selfie, il « emploiera l’ensemble des moyens dont il dispose pour détruire le tableau souillé ». Engagé contre la corruption au Brésil, il est suspecté en 2012 d’être l’auteur, avec l’américain radicale Sho Tipp, d’une série de portraits carrés peints avec de matière fécale de porc (100 cm x 100 cm) envoyés aux dirigeants de Pétrobas, ce dont il s’est toujours défendu. En 2014, il rejoint le collectif Mirza à Paris. Un livre tiré à seulement cinquante exemplaires est distribué en octobre par abandon dans les librairies et les bibliothèques universitaires. Antidaté 1976, il s’agit d’un travail de graphisme philosophique, 36 diagrammes où Nelson exemplifie un autre Nelson, le philosophe Goodman: « Comparez un fragment d’électrocardiogramme avec un dessin du Mont Fuji-Yama par Hokusai. Les lignes noires en zigzag sur des fonds blancs peuvent être exactement les mêmes dans les deux cas. Cependant, l’un est un diagramme et l’autre une image. » Au défi d’en trouver une à la lisière, il les fait se superposer, l’image diagramme ou celle spermatique qui contient, en germe de hachure, toutes celles suivantes. Bien que peu connu du public français, une drôle de mayonnaise prend et, assez vite des exemplaires s’échangent pour près de trois cent euros sur internet, ce que Nelson déplore fortement allant jusqu’à s’engager comme à son habitude, à tenter de détruire tout exemplaire qu’il saurait acheté, ce qui lui avait valu beaucoup de railleries sur twitter où il avait créé un compte spécialement pour faire cette annonce. On pense qu’il ne reste aujourd’hui, quatre ans après, que deux exemplaires complets, jamais vendus, dont celui de Katonasaï lui-même. Difficile donc d’avoir ce livre, mais la bonne nouvelle pour ceux qui voudraient voir un des 36 diagrammes imprimé, est que le magazine A5 le propose pour sa prochaine livraison. Un numéro très spécial donc qui a des chances de prendre de la valeur, disponible en précommande ici, en espérant que Nelson ne vienne pas le déchirer !